Les tricheries sur les machines à sous à travers l’histoire 

La sécurité a toujours été l’une des principales préoccupations des casinos depuis leur apparition. Ils dédient beaucoup de temps et de ressources pour détecter les nouvelles formes de tricheries, pour inventer des stratégies de surveillance efficaces et pour suivre les activités financières de leurs employés, et ils emploient souvent des avocats pour poursuivre ceux qui essayent de tirer profit d’eux pour en faire un exemple à ne pas suivre. 

Tandis que la forme la plus commune de tricherie se produit via le personnel en interne, qui accepte de jouer le rôle de complice avec des spécialistes utilisant de fausses cartes ou en acceptant de fausses mises, il est cependant difficile de trouver quelqu’un qui sait comment contourner les logiciels des machines à sous. 

Cependant, bien avant que ces machines populaires reposent sur des générateurs de nombres au hasard, les casinos faisaient face à de réelles tricheries. En voici quelques-unes. 

  • L’extraction de jetons. Il s’agit d’une technique vieille comme le monde. Les tricheurs attachent une ficelle à la pièce et l’insèrent autant de fois que souhaité pour obtenir des crédits supplémentaires. Mais ce n’est pas comme si cela pouvait rendre riche. 
  • L’argent contrefait. Une autre technique plutôt maline et tout aussi ancienne. Louis Colavecchio a réussi à produire assez d’argent contrefait pour gagner plus d’un demi-million de dollars de profit, avant d’être arrêté en 1998 et envoyé en prison pour 7 ans.  Les casinos n’utilisent plus les pièces désormais et y préfèrent des tickets qu’il faut remettre au caissier.  
  • Les jetons taillés. En changeant la forme du jeton, les criminels pouvaient contourner la machine en déclenchant des jeux interminables et en jouant autant de fois que souhaité avec un seul jeton. Cette astuce ne marche que sur certaines machines, mais le mécanisme a rapidement été mis à jour. 
  • La recherche de crédit. C’est une pratique commune qui ne fait de mal à personne. Les gens errent dans les casinos à la recherche de crédits que d’autres joueurs pourraient avoir laissés quelque part. C’est la forme la moins élégante de tricherie. 
  • La manière la plus populaire de jouer un tour aux machines à sous est d’utiliser une corde de guitare et une pièce en métal. Son inventeur, Tom Carmichael, s’est fait des millions de dollars en arrêtant le système interne de la machine chaque fois qu’elle était sur le point de payer, pour en tirer profit. La police l’a finalement arrêté et il a fait quelques temps en prison. 

Est-ce que l’on peut tricher sur les machines aujourd’hui ? 

Il y aura toujours des gens qui feront des efforts pour contourner les systèmes des machines  et tant que les casinos existeront, ils seront une cible pour les tricheurs. Les seules personnes connaissant les faiblesses des logiciels de jeux sont les ingénieurs des sociétés créatrices de jeux pour casinos, et éventuellement quelques membres du personnel. 

La liste des tricheries possibles s’est cependant réduite. Ces employés sont sous surveillance constante, de même que leurs comptes bancaires sont vérifiés. Les casinos semblent tout avoir sous contrôle, mais est-ce vraiment le cas ? Regardez l’exemple d’Ocean Eleven. Il y a toujours un moyen !